Bienvenue sur le blog de la compagnie de sauvetage 1/2 du bataillon ACC 1. Vous découvrirez ici une rétrospective, au jour le jour des activités de la compagnie. Vous y découvrirez la troupe au travail, s’entraînant avec notre matériel d’aide en cas de catastrophe, et vous pourrez également pénétrer dans les coulisses d’un cours de répétition.

Vous trouverez l'ensembles des photos dans le profil "cpsauv12" sur le site flickr.com ou à l'adresse : http://www.flickr.com/photos/65806424@N00/. Les photos n'y sont pas triées et se répartissent sur plusieurs pages. Ceux qui s'enregistrent auprès de flickr.com peuvent également mettre des commentaires.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, cliquez sur ce lien : cpsauv12 email .

Capitaine Marc O. Nathusius,
Commandant de la compagnie de sauvetage 1/2.

<< Home

vendredi, septembre 29, 2006

16 Fin du cours de répétition 2006

Nous avons terminé, ce vendredi 29 septembre 2006, notre cours de répétition.

<< Home

15 Remise du drapeau

Le bataillon d'aide en cas de catastrophe 1 (bat ACC 1) était réuni au grand complet jeudi 28 octobre à l'occasion de la remise du drapeau à Morges. Le commandant de bataillon, le lieutenant-colonel Haemmerli a remercié ses troupes pour leur engagement. Quant au divisionnaire Corminboeuf, commandant de la région territoriale une, s'est dit satisfait des troupes de sauvetage et a annoncé la création d'un nouveau bataillon d'aide en cas de catastrophe pour l'année 2007.



Le drapeau du bataillon ACC 1 est présenté au commandant de bataillon. Il quitte la compagnie d'état major et clotûre ainsi le cours de répétition de l'année.


La compagnie 2, l'une des trois compagnies de sauvetage que compte le bataillon est au garde à vous pour saluer le drapeau qui quitte le bataillon.


Le divisionnaire Corminboeuf s'est dit convaincu de la bonne préparation des troupes du bataillon d'aide en cas de catastrophe. Un nouveau bataillon sera créé en 2007 pour renforcer l'effectif de la région territoriale 1.

<< Home

14 Exercice 36h

Du lundi matin au mardi soir, un exercice de 36h a animé la compagnie de sauvetage 1/2. Partant pour la vallée du Rhône afin de simuler des problèmes d'incendies, la compagnie a effectué plusieurs manoeuvres entre Villeneuve et Sion.

Les photos de l'exercie se trouvent à l'adresse :
http://www.flickr.com/photos/65806424@N00/sets/72157594304320492/.

Les photos faites durant l'exercice mais ne concernant pas l'exercice lui-même se trouvent dans le flot de photos de la page flickr.com à l'adresse :
http://www.flickr.com/photos/65806424@N00/.

36h-55.JPG

36h-52.JPG

36h-49.JPG

36h-35.JPG

36h-22.JPG

36h-08.JPG

<< Home

vendredi, septembre 22, 2006

13 Portraits de la semaine

En raison du nombre importants de portraits faits au cours de ces deux dernières semaines, nous ne pouvons pas les diffuser sur ce blog. C'est pourquoi nous avons placé ces images sur le site flickr.com, spécialiste en la matière, à l'adresse : http://www.flickr.com/photos/65806424@N00/sets/72157594301993890/
Les photos ne sont pas triées selon aucun ordre, fouillez un peu les images sont sur plusieurs pages différentes.

<< Home

12 Exercice RED

Le premier lieutenant Groux garde le contact radio avec ses différents groupes d'intervention.

Le lieutenant Kohler s'assure du bon déroulement de l'exercice. Il veille à ce que les consignes du directeur d'exercice soient respectés par sa section qui organise l'infrastructure.

Un groupe de recherche s'équipe en matériel respiratoire PA 4000 afin de partir à la recherches de victimes dans un bâtiment envahi par la fumée.

Les équipes de recherches sont encordées afin de ne pas se perdre dans la pénombre crée par la fumée. Les vêtement anti-feu les protégeront de la forte chaleur dégagée par l'incendie.

Les victimes sont évacuées au plus vite des lieux enfummés où l'absence d'oxygène se révèle rapidement mortelle.

Un incendie vient de se déclarer dans un autre bâtiment, les chefs de groupe se réunissent afin de réorganiser leur mission de sauvetage.

Une équipe attaque l'entrée du bâtiment en flamme. Ils vont progresser lentement à l'intérieur en prenant soin d'éviter de se retrouver pièger par les flammes.

L'équipe arrive dans une pièce où trois victimes inconscientes sont découvertes. La situation médicale des victimes est évaluées et les soins immédiats prodigués. Une fois les priorité établies par le chef de groupe, il faudra extraire les victimes du bâtiment.

Une fois sorties du bâtiment, les victimes sont acheminées au plus vite au nid de blessé où elle recevront enfin les premiers soins.

<< Home

11 Exercice SALVATAGGIO

La section Bovet participait mardi 19 septembre à l'exercice Salvataggio sous la direction du SFT. Dans un premier temps, une mise en place avec tente sanitaire, puis recherches de blessés dans un décombre et finalement, début de percée dans un tunnel (voir l'exercice HANNIBAL à ce sujet).


Une fois un blessé localisé, on fait passer, autant que faire se peut, un sarcophage afin de le transporter. Les décombres sont dangereux : des morceaux de béton qui glissent, des fers à béton à découvert. Il faut être prudent afin de ne blesser ni le sauveteur, ni la victime.



Une fois la victime sanglée, on la remonte sur le toit du bâtiment. Les ouvertures dans les différentes dalles de béton afin de faire communiquer les étages auront été faites au marteau piqueur ou à l'aide d'un système de carottage hydraulique.



A l'extérieur, deux sauveteurs hissent le sarcophage sous la direction des sauveteurs accompagnant la victime. L'ordre dans lequel les victimes sont évacuées est déterminé par le chef de section sous le conseil d'un médecin.

<< Home

jeudi, septembre 21, 2006

10 Vidéo de l'exercice HANNIBAL

Retour sur l'exercice HANNIBAL de mardi passé, mais cette fois-ci en vidéo.

* Durée : 2 mn
* Lieu : Epesses

<< Home

09 Exercice VICI

La section Bovet s'est lancée mercredi dans l'exercice VICI. Au programme, recherche de blessés dans des locaux enfumés à l'aide d'assistance respiratoire PA 4000 ainsi que recherches dans des décombres.

Le lieutenant Bovet commence par reconnaître le terrain. Il s'agit de répartir les différents groupes à sa disposition au mieux, en fonction des missions qui lui ont été attribuées.

Un groupe s'équipe de protection respiratoire PA 4000 en vue de trouver des victimes dans une zone enfummée.

La position des victimes est indiquée à l'ordonnance de combat du chef de section qui en prend note sur un plan de la situation.

Pendant ce temps, une autre équipe tâche de localiser des victimes dans un immeuble écroulé. On ne procédera au sauvetage qu'une fois l'ordre de priorité d'évacuation établit et ce afin de maximiser les chances de survie de chacun.

L'ordonnance de combat du chef de section fait un croquis du décombre et indique l'emplacement des blessés localisés ainsi qu'une description de leur état.

Les différentes informations et ordres du chef de section sont communiqués par radio aux chefs de groupes qui orientent leurs hommes.

Les sauveteurs sortent les victimes des décombres et leur applique des soins d'urgence si nécessaire...

... mais les évacuent en priorité au nid de blessés où les véritables premiers soins pourront être administrés.

Une fois toute les victimes secourues, les sauveteurs procèdent au repli de leur matériel, afin de pouvoir repartir en mission dans les plus brefs délais.

<< Home

mardi, septembre 19, 2006

08 Exercice de nuit HANNIBAL

Faisant référence à la force brute des éléphants de ce fameux guerrier, l'exercice de nuit HANNIBAL simulait une situation de travail difficile : voies d'accès impraticables et d'éventuels blessés ensevelis dans des gravats obstrués par de gros blocs de béton et de feraille.

L'exercice proposé par le premier lieutenant Baroz était le suivant : accéder le plus loin possible dans un tunnel remplis de décombres et ce en n'utilisant que le matériel de base de l'assortiment de section. Deux sections participaient à l'exercice (les sections Groux et Kohler), attaquant chacune le tunnel d'un côté différent.

Le défi était de taille et les hommes en furent à la mesure. Beaucoup d'engagement, ceci après déja une journée de travail bien remplie !

Le soldat Rollier devant l'entrée sud du tunnel d'exercice. Derrière la première rangée de sacs de sable se cachent des blocs de béton armé ainsi que différents obstacles en bois et métal.

Début de l'exercice à 19h00, le soleil se couche déjà. Comme on peut le voir ici, le chemin d'accès au décombre n'est pas aisé.

Le commandant de compagnie oriente les troupes. C'est lui qui dirige l'exercice par le biais de ses chefs de sections.

Une vue du décombre. La section Groux attaque le tunnel par devant, côté route, la section Kohler par l'arrière, côté décombre.

Les hommes de la section Groux déploient un tir-câble afin de dégager les blocs de béton obstruant le passage.

La section Kohler fait de même en plaçant des sangles autour des blocs.

Il faut ensuite actionner le tir-câble. Celui-ci peut déplacer jusqu'à 1,6t de matériel (ou 3,2t pour l'autre modèle disponible dans l'assortiment de section).

Le lieutenant Kohler vient voir sur le terrain l'avancement du travail. L'espace de travail est restreint et il faut prendre des décisions rapides afin de progresser au plus vite dans le tunnel.

Lorsque l'on ne peut pas passer de sangles autour d'un bloc de béton, on le perfore afin de lui poser un ancrage. On peut observer ici le soldat Dussex à l'oeuvre avec un marteau perforateur.

Des éclairages ont dû être installés rapidement à la tombée de la nuit. Les génératrices à essence fournissant l'électricité sur place nécessaire participent à l'ambiance général de travail.

Le sergent Jaccard dirige le groupe de déblaiement du tunnel pour la section Groux. La progression est bonne, presque deux mètres ont été dégagés.

On emploie une tronçonneuse pour attaquer les morceaux de bois qui entravent le chemin.

Il faut surélever le toit du tunnel afin de pouvoir dégager de gros blocs sur lequel il repose. Là où la section Kohler a utilisé des coussins de levage, les hommes de la section Groux attaquent directement l'affaire à l'aide d'un simple levier.

Les énormes blocs peuvent enfin être sorits du tunnel. Il faut encore les déplacer de côté pour ne pas gêner les manoeuvres.



La progression dans la tunnel est lente, mais porte ses fruits : c'est plus de deux mètres qui ont été dégagés par la section Groux.

L'exercice est arrêté à 23h00, au loin un exercice de lutte feu bat son plein.